Bibliographie

Loin des chevauchées dans les steppes d’Asie centrale et des montagnes qui lui étaient destinées, Nadjm oud-Dine Bammate est né à Paris, en exil, le 8 décembre 1922  issu d’une famille musulmane du Caucase du Nord, plus tard, naturalisée afghane.

Cette région du monde est l’une des premières régions non arabes, islamisées. Il se rattache, à une longue  lignée de soufis, de lettrés,  de dirigeants politiques ; pratiquant tout naturellement les trois langues : arabe, persan, turc.

Son père, Haidar Bammate, écrit en français et publie à Lausanne, en Suisse : «Visages de l’islam » ouvrage essentiel, destiné à présenter la civilisation musulmane aux occidentaux et qui inspira des mouvements intellectuels de rénovation et d’indépendance. Il fut, un temps, Ministre des affaires étrangères  de La République du Caucase du Nord, et, dans sa jeunesse, étudiant en droit à Saint Pétersbourg.

Nadjm oud-dine éprouve le besoin de suivre l’une et l’autre voie : Docteur en droit romain, il se consacre, dès sa jeunesse aux études islamiques, à Lausanne, Cambridge, à l’université AI Azhar au Caire puis à l’Ecoles des  Hautes Etudes de Paris avec Louis Massignon.

Délégué de l’Afghanistan à l’ONU en 1948, il commence ensuite une carrière de trente années à l’UNESCO ou il fut, entre autres, coordinateur du projet  Orient Occident, Directeur de la Division de philosophie et sciences humaines, puis du département culturel, et enfin conseiller spécial auprès du Directeur général pour la Culture et la Communication.

Professeur d’études islamiques à l’université de Paris.VII (Jussieu) et Paris IV (Sorbonne), ambassadeur de l’organisation de la Conférence Islamique et Président de  l’Association éducative et culturelle des musulmans de France, membre des académies du Yémen du Nord et de Mongolie, producteur délégué à TF1, parlant une douzaine de langues. Pour ce voyageur itinérant, le monde est « un appartement».

Il côtoie aussi bien les « grands » de la planète que les  maisons des Jeunes et de la Culture de province. Il a publié de nombreux articles, mais  il privilégie la  communication orale. Témoin, pour ses interlocuteurs, « d’un orient intérieur dont nous sommes les pèlerins et qui nous donne une image inversée ou redressée de nous-mêmes ».

Pédagogue éloquent, subtil, maniant l’humour comme « argument métaphysique » ; il trouve encore le temps d’être le parent, l’ami généreux et disponible.

Ses livres étaient encore à l’état de projets. et c’est à Timour , son frère, ingénieur en aéronautique (co-concepteur entre autres de l’Airbus) et à Marianne Bammate (épouse de Timour) ,que l’ on doit l’ achèvement du seul ouvrage de Nadjm oud-dine : « Cités d’Islam » chez Arthaud … et aussi  l’origine de ce site.

Il quitte ce monde le 15  janvier 1985 soudainement, dans le métro qui traverse Paris « d’Ouest en Est comme dans l’esquisse d’un retour ».